Un excès de dopamine à l’origine de la schizophrénie

 

La schizophrénie peut être liée à une anomalie des récepteurs neuronaux de la dopamine, une hormone synthétisée par le cerveau qui permet la connexion entre les neurones, selon une étude de chercheurs de l’Université de Toronto (Canada), publiée dans le dernier numéro de la revue Nature.1 La schizophrénie est une maladie mentale caractérisée par l’impossibilité de relier pensées, sentiments et actions, accompagnée d’hallucinations et dépressions, et touchant 50 millions de personnes dans le monde.

Les travaux publiés dans Nature confirment ce que les scientifiques soupçonnent depuis longtemps. L’équipe de neurologues canadiens, dirigée par Phillip Seeman, a découvert que la densité du récepteur de la dopamine (appelé D4) était six fois plus élevée dans les tissus cérébraux extraits de patients schizophrènes décédés que dans ceux de personnes non atteintes de cette maladie.

Des recherches plus anciennes avaient déjà montré que les amphétamines, qui peuvent provoquer une psychose ou une schizophrénie à proximité, stimulent la production de dopamine, tandis que les neuroleptiques – les médicaments utilisés pour traiter la maladie – bloquent l’action des amphétamines.

f }